Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 12:05
Précédent
Index
Suivant

Série : Les pipes de poche

Il suffit parfois de très peu de choses pour modifier l'esprit d'une pipe. Un petit détail peu faire basculer une pipe aux formes très orthodoxes dans le monde des loufoqueries dignes de ces colonnes. Le très sérieux et compétent artisan italien Paolo Becker(1) a la réputation de réaliser des pipes aux formes néo-classiques avec une propension à les doter soit de pencil-shank, soit de military mount. Dans le premier cas s'agit de tiges plutôt fines qui confèrent toujours une certaine élégance à la pipe. Mais la pipe de 2005 qui nous intéresse ici relève de la seconde catégorie.

Military mount (assemblage militaire) : le tuyau se fiche dans la partie en bois selon un assemblage consolidé par une bague et démontable très facilement. Cela remonte à l'époque mouvementée des guerres de tranchées où il valait mieux que le poilu puisse désassembler aisément sa bouffarde pour éviter de la casser.

Mais Paolo Becker pousse la logique de l'assemblage militaire jusqu'au bout. En toute rigueur, il nous propose outre le démontage, un rangement intégré.

C'est aussi simple que l'œuf de Colomb et la pipe devient véritablement une pipe de poche.

On observera en particulier la manière dont la courbure du tuyau épouse exactement celle de la tête de la pipe pour arriver à un objet compact. Mais puisque cette pipe est destinée à voyager dans la poche de son propriétaire il fallait la doter de volumes en rapport avec cette compacité. Cohérent jusqu'au bout, Paolo imagine donc cette pipe avec une tête ovale.

Trop de fabricants de pipes ont benoitement cédé à la tentation de prolonger cette forme ovoïde à la géométrie du foyer proprement dit. Une chambre de combustion non circulaire devient un réel souci(2) le jour où le dépôt de carbone sur ses parois rend un grattage nécessaire. Les outils (reamer, hérisson ...) pour procéder à cette opération sur un foyer elliptique sont absolument inopérants et, à l'évidence, Paolo ne tombe pas dans ce piège avec cette pipe marquée de 4 trèfles(3) : son foyer reste circulaire.

En somme, il est étonnant de ne pas trouver plus de pipes ou plus d'artisans qui adoptent la démarche du rangement du tuyau pour les pipes à montage militaire alors que la réalisation de la petite anse sous la bague n'est vraiment pas un investissement en temps particulièrement dissuasif.

(1) Le marquage des pipes Becker

(2) Voir aussi "Les ovales de Longchamp"

(3) Les trèfles, pics, carreaux et cœurs chez Paolo Becker

Précédent
Index
Suivant
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 12:19
Précédent
Index
Suivant

Série : Les pipes de poche

Remettons les pendules à l'heure. La fabrication de pipes ne relève pas uniquement du tour de main d'un artisan. Beaucoup ignorent qu'aujourdhui, elles tirent largement profit des technologies de pointe.

Directement issue des récents progrès en matière de construction de robots, certaines pipes de poche exploitent à l'instar des prothèses, les dernières innovations en matière de réalisation d'articulations complexes. Je parle bien sûr d'articulations qui sont du type azimutales (technologie radian+) et non des anciennes dites "polaire à angle thêta zéro modulé" (PATZM2).

Main de robot, main humaine

Trois vues des articulations de la pipe pliable

Les retombées de cette recherche dans le domaine pipier proviennent de l'emploi des nouveaux alliages metalliques hautement résistants (aluminium-zinc dopés au nickel mercerisé) ainsi que des dernières améliorations conceptuelles dues au génie informatique (kawa 3++ pour quadruple processeur centrino inside).

Efficacité incroyable, confort d'utilisation, longévité optimum, recherche de la fiabilité à chaque étape du processus de fabrication pour une qualité maximale, tel est le credo du fabricant de la "DR BROWN FOLDING PIPE".

Pipe pliée

Cette pipe de la génération hyperpliable est une merveille de précision grâce à une découpe ultra micrométrique au laser à rubis des pièces soumises à une rotation.

Pipe légèrement dépliée

Nous avons eu la chance d'obtenir en exclusivité une entrevue avec le Dr Brown, concepteur de cet objet révolutionnaire, et nous lui avons posé quelques questions osées. Extraits :

Pipephil : Qu'en est-il exactement de l'étanchéité des ces deux articulations ?

Dr Brown : I would qualify the construction/machining of the aluminum joints as extreme precision. Very snug and smooth fittings. That said, how airtight is relative and my guess is that under normal smoking conditions it should be adequately snug but under more extreme air pressure I imagine there would be some air loss.

Trad : Je qualifierais de très haute précision la construction/l'usinage des joints en aluminium. Des assemblages ajustés et doux. Ceci dit, l'étanchéité est relative et je pense que pour des conditions normales de fumage l'adaptation serait adéquate mais sous des conditions de pression extrêmes, j'imagine qu'il y aurait quelques pertes.

Pipephil : Tout cela n'est-il peut être pas un peu trop exagéré, trop sophistiqué ?

Dr Brown : It is incredibly well engineered and indeed ... perhaps even over-engineered relative to the problem of space saving that it is meant to solve- that it what makes it so fascinating to me.

Trad : Elle est incroyablement bien réalisée et en effet ... peut être d'une facture surdimensionné comparé à la question de l'encombrement qu'elle est supposée résoudre - C'est ce qui la rend tellement fascinante pour moi.

Vue globale de la pipe prête à être fumée

J'allais oublier de préciser un détail : la tête de la pipe est en Bruyère (technologie "Bruyère Véritable")

Nomenclature   Dimensions   Valeur
         
DR. BROWN'S FOLDING PIPE PAT. PEND.
(sous la pipe)
  Long : 14,6 cm
  42.00 US$
28,30 €
(Estate)

Précédent
Index
Suivant
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2008 6 01 /11 /novembre /2008 22:53
Précédent
Index
Suivant

Série : Les pipes de poche

Dans la sempiternelle succession d'annonces des ventes en ligne, un titre dans la rubrique Etats-Unis a immédiatement retenu mon attention : "Vintage smoked cuban pipe" (Pipe cubaine ancienne et fumée). Une pipe au royaume du cigare ? Y aurait-il au pays de Fidel quelqu' égaré ou provocateur assez fou pour se promener une bouffarde à la bouche ? Un artisan "déviant" qui aurait eu le courage de réaliser des pipes là où le Havane règne sans partage ?

En ouvrant l'annonce dans son intégralité, j'allais, sans le savoir, ouvrir une porte vers des horizons bien moins tropicaux mais tout aussi riches. La forme générale de la pipe témoigne à l'évidence d'une facture très occidentale qui la range sans ambiguïté dans nos pipes de poche.

En regardant de plus près le marquage mon étonnement ne fait que redoubler : T-E-U-F deux fois donne bien "Teuf-teuf" qui n'est à priori pas une onomatopée hispanique.

...

L'autre face de la pipe ne laisse plus de doute à un lecteur francophone sur l'origine de l'instrument et nous fait comprendre immédiatement la confusion dramatique du vendeur étasunien.

Après un premier sourire amusé, le lecteur francophone comprend aisément que cette pipe était vendue par une civette parisienne qui a eu l'heureuse idée de faire graver son adresse dans les flancs de ses pipes. Piqué au vif, l'envie m'a pris d'en savoir plus sur cette boutique.

Votre serviteur n'est qu'un pauvre provincial. Il ne connait de sa capitale que les recoins fréquentés à titre professionnel, quant au Boulevard des Capucines, il ne lui évoque que le jeu de Monopoly ou l'Olympia. Il va donc falloir appeler à la rescousse moteur de recherche, cartes de Paris en ligne et autres annuaires électroniques.

Google d'abord et première requête : ["A la Havane" Tabac]. Déception. Des civettes à ce nom à Calais, Chalon-sur-Saône, Versailles... mais rien à Paris.

Seconde requête : [35 bd capucines]. Surprise ! Le premier site proposé par le moteur de recherche me montre un immeuble superbe et un peu plus loin, Wikipedia m'explique que l'endroit abritait l'atelier de Nadar, le fameux photographe. Mais ce n'est pas tout : des gens aussi prestigieux que Renoir, Manet, Pissarro ou Monet y ont exposé leurs premières toiles. Ce lieu était assurément une pépinière d'artistes.

La photo du 35 Bd des Capucines date des années 1860, ce qui est peut être un peu trop ancien pour y trouver notre civette, la pipe étant du XXième siècle. Mais quel plaisir de découvrir les proportions élégantes d'un immeuble qui, par ses verrières, devait être, à l'époque, à l'avant garde architecturale. Une rue sans automobiles, bien sûr, mais des calèches en nombre. Ca sent le crottin rien qu'à contempler cette carte postale.

Si notre civette existait encore aujourd'hui elle devrait pouvoir être repérée dans des photographies plus récentes : En route, donc, pour une promenade virtuelle sur le boulevard des Capucines avec Google Map d'abord et les pages jaunes ensuite. Le premier fournit des images estivales avec des arbres pleins de feuilles qui cachent passablement l'immeuble, mais pas assez pour constater qu'il n'y a plus de civette au rez de chaussée.

Mais pourquoi ont-ils déplacé la colonne Morris à la place du banc ?

La photo des pages jaunes est moins précise mais les arbres dénudés permettent de découvrir la nouvelle verrière qui écrase l'ancienne. Du coup, l'immeuble n'a plus l'air de grand chose. Un rapide coup d'oeil sur la chaussée vous remet les pendules à l'heure. On est loin des effluves animales, des martèlements de sabots sur le pavé et autres cochers qui vous hèlent.

Il faut se rendre à l"évidence : je reviens bredouille de ma recherche. Pas de trace de "A la havane". En revanche, la prochaine fois que je passerai dans le 2ieme arrondissement, je ferai sûrement un petit détour du coté du Boulevard des Capucines pour rêver un peu devant le 35 de la belle époque des impressionnistes.

Nomenclature   Dimensions   Valeur
         
Teuf-Teuf, Déposé
A la Havane, 35 Bd des Capucines
  non connues
  10,00 €
12.50 US$
(Estate)

Précédent
Index
Suivant
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 16:35
Précédent
Index
Suivant

Série : Les pipes de poche

Les premières pipes de poche apparurent à la fin du 19ième siècle et correspondaient à des pipes de forme standard dont le tuyau était modifié. Les deux modèles qui font l'objet de cet article semblent dater du début du 20ième parce qu'elles conservent encore l'architecture classique des pipes de l'époque tout en montrant déjà quelques évolutions symptomatiques.

Leur tige a été taillée en fonction de ce tuyau à angle droit qui devait pivoter pour réduire l'encombrement. Elle n'a plus que très peu de points en commun avec, par exemple, la tige d'une "Bent".

Mais surtout, on voit apparaître des foyers ovales qui accentuent encore davantage la compacité de ces pipes. Ainsi elles ne prenaient pas plus de place qu'une montre à gousset. Sans trop se tromper on peut affirmer que celles-ci auraient pu se trouver en 14-18 dans les poches d'un poilu.

On notera qu'en ces temps-là on était soucieux de la robustesse de ces pipes qui étaient mises à rude épreuve : la tige est renforcée pour chacune d'elles d'une bague en laiton pour aider le bois à supporter les contraintes dues à la rotation du tuyau.

Bien qu'elles aient beaucoup de similitudes, ces deux pipes proviennent d'ateliers très éloignés : la sablée est italienne et la lisse anglaise.

Serait-il possible que la pipe de poche britannique témoigne de l'existence d'un P-lip (1) bien avant que Peterson n'en revendiquât le brevet ?

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Pipe anglaise        

Danco
Folding pipe

  Long : 12,5 cm (ouverte)
Long : 6,3 cm (fermée)
 
13,35 €
17.00 $
(Estate)
Pipe italienne        
Made In Italy   Long : 12,0 cm (ouverte)
Long : 6,3 cm (fermée)
 
44,70 €
57.00 $
(Estate)

Précédent
Index
Suivant

(1) Le P-lip est une lentille dont l'ouverture est dirigée vers le haut pour éviter que la fumée n'arrive directement sur la langue du fumeur. Cet arrangement est sensé diminuer l'irritation bien connue des fumeurs pressés.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2008 4 27 /03 /mars /2008 17:47
Précédent
Index
Suivant

Série : Les pipes de poche

Les fumeurs de pipe bien pensant estiment qu'un pipier digne de ce non ne devrait pas verser dans le miniaturisme des brûle gueules et autre pipes de poche. Ces pipes ne pourraient pas procurer le plaisir d'une fumée fraîche et sèche. Ce n'est pas entièrement faux.

Mais on pourrait argumenter par ailleurs qu'un artisan achevé devrait s'essayer parfois, à relever des défis, ne serait ce que par curiosité et à titre exceptionnel. Peter Brakner (Danemark) était à l'évidence un de ces gars qui n'avait peur de rien. Un peu fou, un peu atypique, un peu marginal. Cela ne l'a pas empêché de se tailler de son vivant une excellente réputation fondée sur la qualité de ses réalisations et en particulier son fameux guillochage aussi fin que des cheveux. Ses pipes sont reconnaissables entre mille grâce à cette finition dont il est l'inventeur et que d'autres, et non des moindre, ont essayé d'imiter.

Toujours est-il que notre danois n'a pas reculé là où d'autres n'auraient eu que mépris ou haussement d'épaules. Sa pipe de poche, destinée au marché américain et qu'il est possible de dater du début des années 70, est pour le moins surprenante.

 
   

La simplicité du foyer contraste avec le baroque du tuyau qui n'est pas sans rappeler les pièces de jeu d'échecs en vigueur avant le standard Staunton. Les artisans s'en donnaient à coeur joie en multipliant les rondelles et c'est un peu l'impression qui reste en contemplant le tuyau entièrement tourné de la main de Brakner.

Bien que cela ne paraisse pas ici, il partageait avec Tom Spanu l'habitude d'une marque distinctive originale sur ses tuyaux : le point vert (1). Avant eux, les pipes Canadiennes Blatter avaient inauguré subrepticement ce club très fermé.

Les clichés de cette pipe ont du mal à traduire la "micro-rustication" (2) dont il a jalousement gardé le secret jusque dans sa tombe.

Mais ces deux gros plans pris sur d'autres pipes permettront au lecteur de se faire une assez bonne idée de cette finition caractéristique baptisée "Antique" par le maître danois.

Les pipes de poche signées Brakner ne sont pas légion. Il les a néanmoins produites sur une durée relativement longue puisqu'on en trouve déjà un modèle dans le catalogue de son revendeur favori, W. O. Larsen, début des années 60. Le tuyau de celle-ci me semble d'avantage adapté à la forme de la pipe et d'une ergonomie plus sure eu égard à sa portabilité.

Cette image est recomposée à partir d'éléments du catalogue

Sans doute faut-il les considérer comme le résultat d'une expérimentation, d'un petit plaisir qu'il se faisait de temps en temps, ce qui leur confère le droit de paraître dans ces colonnes dédiées à l'exceptionnel autant qu'à l'étrange.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Brakner Antique
Hand-Cut Denmark
  Long : 8,9 cm
Haut : 10,7 cm
 
21,50 €
31.00 US$
(Estate)

Précédent
Index
Suivant

 

(1)
Point vert et estampillage des pipes de Peter Brakner
Point vert et estampillage des pipes de Tom Spanu
Point vert et estampillage des pipes Blatter

(2)"Rustication" est la traduction de guillochage en anglais

Partager cet article
Repost0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 22:11
Précédent
Index
Suivant

Série : Les pipes de poche

Hazelbury, Le 3 septembre 1782

Mon nom est Tom Whitfield, ancien marin au service de notre roi Georges II. J'avais a peine 18 ans en 1746 quand je suis entré dans une civette de Southampton dont le vendeur me présenta une curiosité : une pipe en merisier. Je fumais comme tous mes compagnons de l'époque des longues pipes en terre qui avaient la fâcheuse habitude de se briser au moindre branle bas de combat. Séduit par le peu d'encombrement de l'objet, sa lentille en ambre, sa décoration somptueuse, la robustesse du matériau et le baratin du vendeur j'ai fini par débourser la pièce de deux guinées qu'on en réclamait. Elle se lovait parfaitement au fond de mes poches et donnait à mes flakes un goût nouveau sans compter l'admiration des autres marins pour cet objet nouveau et si pratique.

Pipe du XVIIIieme siècle en merisier incrusté d'étain

Cette merveilleuse pipe a été ma compagne à la bataille de Toulon ou je servais sur le H.M.S. Jupiter, dans les bouges de Port Mahon à Minorque et les tripots de Port Royal en Jamaïque. J'y étais tellement attaché qu'un jour de 1757 j'y fis graver mon nom et c'est la même année, lors de la mémorable expédition, qu'elle m'a été du plus grand réconfort.

J'étais alors affecté au vaisseau de premier rang, le H.M.S. Royal George, qui logeait à lui seul 100 canons.

H.M.S Royal George selon une peinture du XVIIIieme siècle

En ce mois d'Août 1757, il était à la tête d'une armada de 31 bâtiments, 11 000 hommes et 1 300 canons qui fondait sur les côtes françaises. Nous avions pris possession de l'île d'Aix, et le 28 Août nous étions en vue de notre objectif : Rochefort, l'arsenal de la flotte française, non loin de La Rochelle qu'il était prévu de prendre dans la foulée.

L'ouverture dans la tige devait être bouchée pour fumer cette pipe

Je me rappelle l'étonnement de mes camarades lorsque je l'ai sortie de ma poche alors que nous attendions déjà depuis plus de trois heures, balancés dans notre barque, les ordres pour gagner la terre et passer à l'attaque. Il était cinq heure du matin, il faisait froid et la mer était vraiment agitée. Nous attendions là, à 1 mile de la côte, alors que les esquifs étaient jetés les uns sur les autres et heurtaient les vaisseaux

Le désordre était à son comble quand je me suis permis de bourrer et d'allumer ma pipe favorite pour patienter. A peine avais-je eu le temps de tirer quelques délicieuses bouffées, que l'ordre de remonter à bord est tombé. Alors que tout le monde voulait en découdre avec le français, cette décision du commandement, incompréhensible de tous, installa la mauvaise humeur et pour tout dire, la réprobation générale. Ce matin là je du à ma pipe de garder mon calme et me préserver de la honte qui envahit l'équipage. Elle était d'un incroyable réconfort et m'a permis de surmonter la frustration qui avait envahi tout le pont.

Cette vue présente l'obturation du perçage vertical.

Au retour, l'affaire a fait grand bruit, comme vous le savez, et tout le monde a encore en tête les accusations de couardise et les attendus de la Cour Martiale qui ont frappé le Lieutenant Général Sir John Mordaunt et le Vice amiral Charles Knowles en décembre 1757. Du coté français, l'ironie l'a disputé à la moquerie

Je chante d’Albion la fameuse entreprise
Si longtemps annoncée à l’Europe surprise.
Aux projects menaçants de cette fière cour
L’un et l’autre hémisphère a tremblé tour à tour.
Les monts sont dépouillés de leurs forêts altières,
L’océan est couvert de flottes meurtrières !
Héla ! sur quel païs, tant de foudres d’airain
Vont-ils vomir la mort qu’ils portent dans leur sein ?
Muse conduis mes pas sur le vaste Neptune ;
Des tyrans de la mer, apprends moi la fortune ;
Dis-moi par quels exploits, dans quelle région,
Ils ont fait éclater la gloire de leur nom ;
Que dis-je les vois ; déjà Mordaunt et Hauke ,
Ont pris l’ile d’Aix l’importante bicoque.
Après un si beau coup, et de si grands efforts,
Glorieux, triomphants ils rentrent sur leurs bords,
Retournent à Portsmouth, annoncent leur conquête,
Tout prêt à la payer, s’il le faut, de leur tête.
De peu d’un pareil sort, Muse, rentrons aussi ;
Aix est pris, rendu ; le poème est fini.

J'ai quitté la Royal Navy après cette malheureuse aventure pour me consacrer à mon lopin de terre. La pipe est restée ma fidèle compagne et s'est avérée aussi pratique aux champs que sur les océans.

Elle a survécut au H.M.S. Royal George qui vient de sombrer la semaine dernière à un miles au large de Portsmouth. Le fier navire était à l'ancre dans la rade de Spithead pour un chargement de rhum qui fut malencontreusement disposé entièrement à tribord. Le batiment a pris de la gîte et a embarqué de l'eau par les écoutilles de canon, sans doute mal fermées, si bien que ce fleuron de la flotte royale a sombré en un clin d'oeil. La chose serait hilarante si le naufrage n'avait provoqué la perte de 900 malheureux dont 300 femmes et 60 enfants venus visiter le bâtiment.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Tom Whitfield   Long : 10,1 cm  
1,135 US$
740,20 €
(Estate)

Précédent Suivant

 

Tous les faits, leur date et leurs protagonistes sont authentiques.... y compris le nom du marin lui même.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 14:28
Précédent

Série : Les pipes de poche

Il est rare de trouver une pipe de poche qui possède une tige. La recherche de la compacité conduit à réduire à néant cette partie de la pipe classique. Cela donne des pipes qui ont alors tous les inconvénients des brûle-gueule. Le pipier qui a imaginé l'engin illustré ici dessous n'a pas voulu faire cette concession.

Pipe Gondola repliée

Il maintient une tige de taille respectable et s'arrange pour que l'axe de la jonction tige - tuyau soit verticale. Cela permet la rotation du tuyau dont la longueur est conçue pour que la lentille vienne effleurer la tête de la pipe.

Pipe Gondola ouverte

Mine de rien, c'est un tour de force. le perçage de la tige doit être fortement incurvé et l'usage habituel d'un unique foret droit est exclu.

Le champion de la technique du "perçage courbe" dont peu de pipiers s'encombrent aujourd'hui, est le pipier transalpin Luciano Cerrato(1). D'autres s'y sont essayés avec succès : Jacky Craen (Genod) en France, Smio Satou au Japon. Ils ont tous en commun la fâcheuse habitude d'entourer leur savoir-faire du plus grand secret et de l'utiliser systématiquement à des fins esthétiques.

L'originalité de cette pipe réside dans le fait que ce perçage savant correspond à une necessité pratique et non à démontrer l'excellence de l'artisan. Il est intrinsèque au principe de la rotation du tuyau.

Le style de l'estampillage ainsi que la marque d'un brevet situe cette pipe unique dans la période de l'entre guerre. Cependant la maison française (Gondola ?) qui l'a réalisée me reste tout à fait inconnue.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
patent N°3389
E.GONDOLA
Made in France
  Long : 13,5 cm dépliée
Long : 9,0 cm repliée
Haut : 4,5 cm
 
40,50 €
(Estate)

Précédent
Partager cet article
Repost0
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 15:55
Précédent

Série : Les pipes de poche

Les pipes en bois qu'on découvre sur ce site, sont quasiment toujours fabriquées dans de la Bruyère (Erica arborea). Mais, on l'a vu, il y a des exceptions. Prendre la décision de parler de pipes taillées dans d'autres essences c'est s'aventurer dans un domaine controversé et pour éviter tout malentendu, j'écarte de mes commentaires deux catégories de pipes.

Pipe Ropp en Merisier  
   

Il y a d'une part des pièces qui ont leur place sur les échoppes "souvenirs" et qui sont taillées dans le premier bois venu. Elles ne rentrent pas vraiment dans le cadre de ces colonnes.

La marque française Ropp a produit en quantité appréciable de pipes en Merisier dont l'aspect baba-cool est aussi peu engageant que leurs qualités de fumeuse. Elles n'ont pas non plus leur place ici.

Par ailleurs, quelques rares artisans téméraires (comme Tom Spanu par exemple) ont donné le jour à des pipes de diverses espèces de bois, faites avec soin et expérience, dignes d'intérêt, mais qui ne devraient être mises qu'entre les mains d'un fumeur averti.

La raison en est assez simple. La racine de Bruyère, étant donné sa haute teneur en silice, est très difficilement inflammable. On ne connaît pas de bois qui résistent autant à la combustion, même si certains comme le Bambou semblent de meilleurs candidats que d'autres. Généralement ils chauffent et brûlent plus ou moins facilement. Par conséquent un fumeur débutant ou un peu nerveux irait presque certainement à la catastrophe.

Echantillon Citronnier  
Echantillon Genevrier
 
Echantillon Olivier
Citronier  
Genevrier
 
Olivier

Seulement voilà : la fascination qu'exercent veinages et textures d'essences comme le Citronnier, le Genévrier, le Buis, la Myrthe, l'Arbousier ou l'Olivier conduisent certains pipiers et acheteurs à tenter le coup.

Le plus étonnant est de voir de telles expériences s'étendre même à des formes marginales de pipes, réputées difficiles à dompter comme c'est le cas des pipes de poche. C'est pourquoi celle-ci, en bois d'Olivier, vaut la peine d'être citée dans ce chapitre de notre gazette.

Vue de la pipe de poche Ser Dany dépliée

Il s'agit ici d'une pipe "Vest Pocket" aux allures classiques et qui porte la marque Ser Dany (Italie).

Vue de dessus

En observant cette pipe par le haut, on s'aperçoit qu'elle n'a pas fait l'objet d'une attention particulière au moment de la finition du foyer : l'irrégularité qu'on devine à 4h est inadmissible.

Vue de la pipe couchée

Quand on sait la difficulté à fumer une pipe courte (brûle-gueule), qui plus est avec un foyer ovale et un bois autre que la Bruyère, on peut se poser la question de savoir quel fumeur masochiste serait prêt à ne dépenser ne serait ce qu'un seul euro pour cet instrument voué à être remisé très vite au placard.

Oui à la recherche d'autres variétés de bois pour les pipes ! Mais de grâce, qu'on choisisse avec discernement les formes de pipes qui conviennent.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Vest Pocket
Pipe
  Long (ouverte): 9,2 cm
Long (fermée) : 5,5 cm
 
31,50 €
(Neuve)

Précédent
Partager cet article
Repost0
16 août 2007 4 16 /08 /août /2007 09:50
Précédent

Série : Les pipes de poche

Le principe des pipes peu encombrantes est fondé sur des formes et des techniques variées, mais le tuyau pivotant qui vient se placer au dessus de la tête est sûrement le dispositif plus courant aujourd'hui. Avant d'en arriver là, il y a eu nombre d'essais, de balbutiements, et même d'aberrations. C'est pour cette raison qu'il est intéressant de voir l'arrivée de la pipe de poche moderne sur le marché, celle qu'il est convenu d'appeler la "Vest-Pocket". La forme de cette pipe, presque standardisée, pourrait être illustrée par le modèle diffusé par Dunhill.

Quand ce standart est-il né ?

La pipe ci-dessous constitue un élément de réponse

Elle date de 1949 et elle sort des ateliers d'André Waille à Saint Claude (France) (1).

A ma connaissance c'est la pipe la plus ancienne qui possède quasiment toutes les caractéristiques du stéréotype repris ensuite par Butz Choquin, Savinelli, Brebbia, Comoy, pour ne citer que ceux-ci. Le tuyau pivotant qui se place sur le foyer était connu avant, mais celle-ci se distingue sans doute pour la première fois par la découpe dans laquelle vient se loger le tuyau, rendant le modèle encore plus compact. L'échancrure est plus importante que pour les "Vest-pocket" contemporaines, mais la forme en galet et le foyer ovale sont déjà bel et bien présents.

Il était juste de rendre hommage à André Waille pour cette pipe au grain irréprochable qui marque l'histoire des pipes de poche.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Racine de Bruyère
(couronne)
*garantie*
  Long ouverte : 10,5 cm
Ø int. foyer :
1,3 cm x 2,5 cm
Haut tête : 4,2 cm
 
38,00 €
(non fumée)

 

Précédent

 

(1) A ne pas confondre avec Jean Waille, "Le pipier de Lunel", fils d'André, ni avec Michel Waille (EWA), frère d'André.

Partager cet article
Repost0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 12:39

Sommaire de la série

La caractéristique principale des pipes de poche (pocket pipes) est un tuyau escamotable.

Cliquez sur une vignette
pour accéder à l'article

     
Ma Pocketfit est arrivée   Le talon d'Achille   Troisième mi-temps   Sorties en boîte
             
     
Rolex et Roley   Une bombe   Comme un yoyo   Une ancre énigmatique
             
     
Gloria   The Jeep   Dunhill pocket   Bébé Peugeot
             
     
Pipe de voyage   Ratatinez la un peu   Pliez la au milieu   Locomotive
             
André Waille      
André Waille   Une olive en poche   Perçage courbe   Perfide Albion
             
     
Micro-
rustication pour mini-pipe
  Pipes à gousset   Boulevard des Capucines   Articulations High-Tech
             
     
Un tuyau vraiment amovible            
Partager cet article
Repost0

Articles Récents