Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 22:26

No comment...

Photo : Mark Kaarremaa

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 17:28

France Le chapitre "Pipes et sports " est dorénavant accessible ici. Mettez vos signets à jour !

United Kingdom The "Pipes and sports " chapter of this site has moved here. Update your bookmarks !

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 15:58

Insert pipes

Index de la serie

Cliquez sur une vignette
pour accéder à l'article

     

De la courge au capitaine

 

Captain Warren #1

 

Double paroi

 

Captain Warren #2

             
     

Moretti se lâche

 

Captain Warren #3

 

Le beau Viking

 

Captain Warren #4

             
  Doodler à insert    

Cesare Vigano chez Ascorti

 

Doodler à insert

 

Captain Warren #5

 

Cornouiller et Myrte

             
     

Golden contrast

 

Mensonge par omission

 

Buis et écume

 

Pipe communiste

             
     
Poker de Savinelli   L'écume inconnue   Captain Warren #6   Comoy's Millénium
             
  Runes    
Rustine   Runes   La pipe qui a fait trembler St Claude   Jimmy hérite d'Ashton 
Partager cet article
Repost0
24 novembre 2006 5 24 /11 /novembre /2006 15:40
<<Précédent

Série : Pipes à insert

Hallo Genosse !
Bonjour Camarade !
Hello Comrade!

Voilà pour ce qui est de l'Internationale.

Pour ce qui est des pipes fabriquées derrière le rideau de fer, au plus fort de la guerre froide, on pourrait d'ailleurs aussi s'en tenir à trois lignes.

Mais l'occasion de cette pipe à insert en provenance de l'ex République Démocratique Allemande est trop belle (l'occasion, pas la pipe) pour ne pas s'attarder un peu plus sur la production du peuple, par le prolétaire, pour le camarade citoyen.

Faut-il que les camarades allemands aiment fumer la pipe pour que l'on décide, sous le règne de la STASI, sous la propagande de Walter Ulbricht, avec les difficultés économiques que l'on sait, de maintenir plusieurs marques dans cette partie de l'Allemagne.

On distingue les labels Howal, de loin le plus répandu, ARK (August Richard Kühn), March, Old Briar et Briar International. A noter que ces deux dernières marques n'étaient distribuées qu'à l'intérieur du pays : elles correspondaient à des modèle de très bas de gamme impropres à l'exportation. L'ensemble de cette production a été mise assez rapidement sous une même direction et était centralisée à Schweina (Thuringe) dans l'ancienne Pfeifenfabrik C.S.Reich.

Les pipes qui sortaient de ces usines dans les années 60 -70 étaient tout à fait comparable à ce qui se voyait en France, à la même époque, sous des marques comme Ropp, Chacom, Dr Plumb etc... De la pipe industrielle. C'est dans les années 80 que les choses se gâtent en Allemagne de l'Est et à partir de là on eut de plus en plus recours à des essences de bois autochtones (Hêtre, Merisier, Poirier). Apres la réunification cet outil de production pipière a été acheté par "Design Berlin" (db).

Durant toutes les années de la division, Kallenberg un autre pipier Thuringeois, fabriquait et exportait ses pipes en hêtre en Afrique. L'entreprise "Pfeifenfabrik Heinrich Kallenberg" existait déja depuis 1919 et était de taille réduite. On lui avait laissé son indépendance : Hans Kallenberg, petit fils du fondateur, exerce encore aujourd'hui, bien que d'un âge bien avancé, ses talents de pipier dans cette région.

La pipe à insert de ce billet semble échapper à cet inventaire des marques de la République Démocratique Allemande. Sa dénomination "Kombi" est sans doute anecdotique, mais nul doute qu'elle a été fabriquée dans les usines C.S.Reich.

Elle représente la réponse socialiste à la Falcon britannique !

Avez vous noté la forme du tuyau ? Et en particulier celle de la lentille ? On ne se rend pas compte, à partir des illustrations, de la qualité de la matière dans laquelle ces tuyaux étaient découpés. Ils étaient tellement mous que même le fumeur le plus calme les transperçait en moins de temps qu'il ne faut pour le dire.

Ce qui peut nous apparaître comme un handicap, était compensé par un réseau de civettes qui tenaient un échantillonnage de tuyaux dont les formes standardisées correspondaient aux pipes en circulation. Il suffisait de jeter l'ancien tuyau et de courir chez le buraliste le plus proche pour procéder au remplacement à un prix particulièrement modique.

Un bon communiste vous expliquerait par cet exemple tout l'intérêt d'une production planifiée, centralisée et homogène.

<<Précédent

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 12:36
<<Précédent

Série : Pipes à insert

Portrait Joao Reis  
   
Qu'est ce qui peut amener un jeune homme qui n'a pas ses 30 ans à quitter son Portugal natal pour le Danemark ? Que s'est-il passé pour qu'il délaisse ainsi soleil et Bacalao, Fado et Porto ? D'où vient cette attraction irrésistible ?

C'est que Joao Reis a voulu faire le pèlerinage qui s'impose à tout jeune artisan pipier. Il s'est rendu à la Mecque de la pipe européenne pour se nourrir des enseignements des grands prêtres nordiques. Les Kai Nielsen, Poul Ilsted, Tom Eltang l'ont accueilli et lui ont permis d'approfondir l'art de magnifier Erica arborea (la Bruyère).

Pipe avec insert en écume, vue de profil

Il faut dire que ce garçon-là a des atouts et il sait en jouer. Pour lui, la recherche de la perfection tourne à l'obsession quand on connaît la petite histoire de cette pipe à insert.

Elle était initialement prévue pour un insert en écume de mer. A la fabrication, il découvre que le bloc d'écume révèle deux minuscules petits défauts. Trois fois rien. Eh bien, notre homme décide de réaliser cette pipe avec un fourneau en buis et d'offrir l'insert en écume comme une roue de secours. Si bien qu'en définitive, il propose la pipe avec deux fourneaux interchangeables.

Pipe munie de l'insert en buis

Et voilà donc un autre avantage des pipes à insert : si le pipier l'a prévu, le fumeur peut choisir son fourneau selon, par exemple, le type de tabac qu'il va déguster.

Il faut dire qu'avec une telle texture de bois, cette pipe ne peut être qu'une favorite vers laquelle on a envie de se tourner en toute occasion.

Gros plan sur la fac avant de la pipe à insert

Un bémol cependant et sans cracher dans la soupe. Mes goûts personnels me laissent quelque peu dubitatif quant à la coexistance des finitions lisses avec des parties guillochées ou sablées.

La vue de profil de cette pipe montre cette juxtaposition qui, j'en suis convaincu, ferait le bonheur de la majorité des fumeurs.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Joao Reis
(script)
  Long : 14,8 cm
Haut : 6,1 cm
Ø int. foyer : 2,1 cm
Poids : 43 g
 
1700 €
(Neuve)

<<Précédent
Partager cet article
Repost0
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 17:26

Lorsque dans cet autre article je concluais "peaux de phoque, défense de mammouth, arrêtez le massacre !", certains ont trouvé pour le moins bizarre qu'on demande d'arrêter de décimer le mammouth (Mammuthus primigenius).

Je me suis permis d'utiliser le même terme pour pointer la tuerie des jeunes phoques et dénoncer l'exploitation éhontée d'une ressource non renouvelable. A y réfléchir, j'aurais plutôt du utiliser le terme "pillage" pour qualifier le recours à l'ivoire de mammouth, mais mes effets de manche auraient été moins voyants.

La différence essentielle entre l'ivoire d'éléphant et celui de mammouth réside évidemment dans le fait que le premier pourra exister et perdurer tant que le pachyderme qui s'en orne continue à brouter et à se reproduire. Même si les réserves du second semblent énormes - mais qu'est ce qu'énorme dans ce cas ? - il est certain que dans un futur plus ou moins proche il n'en restera plus si certains tapent dans le stock à des fins mercantiles. Le mastodonte qui produit cet ivoire-là n'est plus de ce monde pour renouveler les réserves.

Je continuerai donc à prétendre qu'utiliser l'ivoire de mammouth relève purement et simplement de la frime.

Et pour enfoncer le clou, je propose à votre attention une pipe qui cumule dans le domaine de l'usage de matériaux non renouvelables.

Pipe de Tom Richards, profil droit

Elle est fabriquée, elle aussi, avec de l'ivoire de mammouth, mais on y reconnaît en plus de la morta. En effet la tête de cette pipe est constituée de chêne (Quercus robur) recueilli en cours de fossilisation. Ce n'est plus du bois et ce n'est pas encore de la pierre.

Pipe de Tom Richards, profil gauche

L'arbre a été submergé il y a quelques 4000 à 8000 années. Avec la fin de la période glacière, le retour de la végétation en Europe et d'énormes crues dues à la fonte des glaciers, les arbres arrachés ont ainsi été ensevelis et conservés dans l'eau d'une nappe phréatique ou d'un marais. Les huiles, les matières grasses, les résines ou sèves ont été dissoutes et lessivées, la matière est devenue plus dure mais aussi plus légère et plus poreuse. C'est le début de la minéralisation.

Pipe de Tom Richards, dessous

On l'aura compris, les conditions propices à ce processus ne risquent pas de se reproduire tous les quatre matins. C'est en ce sens que la morta n'est pas à proprement parler un matériau renouvelable.

Cependant son exploitation ne pose pas de manière cruciale la question de sa disparition : ce matériau est particulièrement dissimulé et ne se livre qu'au compte goutte. De plus les conditions de sa formation sont réunies sous d'autres latitudes.

Enfin et surtout, il faut préciser que, contrairement à l'ivoire de mammouth qui est en tout point semblable à celui de l'éléphant, la morta offre des caractéristiques de fumage originales comparées à la souche de Bruyère ou l'écume de mer.

Avouons pour finir que cette pipe de Tom Richard Mehret (Allemagne) est tout simplement magnifique !

Pipe de Tom Richards, gros plan sur le fourneau

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Tom Richards
  Long : 13,5 cm
Ø int. foyer : 1,9 cm
Poids : 32 g
 
312,50 €
(Neuve)

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 19:35
<<Précédent

Série : Pipes à insert

Il m'a toujours semblé que la dénomination "Captain Warren" était propre à la marque Ser Jacopo . Mais il faut se rendre à l'évidence en lisant le détail de la nomenclature gravée sur la pipe à insert qui nous occupe ici : Savinelli  utilise elle aussi cette appellation.

Bien que certaines grandes marques ont l'habitude de sous-traiter des étapes de fabrication par d'autres pipiers, j'ai du mal à concevoir qu'un artisan tel que Giancarlo Guidi  , fondateur de Der Jacopo, ait quelque intérêt à travailler pour la marque milanaise. Faut-il croire que l'apellation "Captain Warren" n'est pas déposée ? Tout cela me laisse songeur...

Il est des gens qui savent tirer parti de ces flous artistiques. En effet, deux pipes de ce modèle - exactement les mêmes - ont été vendues aux enchères en ligne par deux vendeurs différents.

Le premier vendeur donne la nomenclature in extenso, le second "oublie" de dire qu'il s'agit d'une pipe Savinelli , précise simplement qu'il vend une "Capt. Warren" et laisse donc croire qu'il s'agit d'une pipe sortant des ateliers de Ser Jacopo  à Pesaro. Mensonge par omission ?

Les illustrations dans cet article correspondent à la pipe Savinelli (premier vendeur) excepté la dernière (ci-dessous à droite) qui a été présentée par le second vendeur.

 
   
Pipe sans la mention "Savinelli"

Il faut dire que le modèle décrit dans l'article "Captain Warren #2 " ressemble à celui qui fait l'objet de cet article et un amateur un peu superficiel peut avaler la pilule.

Le subterfuge a fonctionné et le prix de vente de ces deux pipes en témoigne clairement. Celle sans la mention "Savinelli" s'est vendue (47 €) plus de deux fois la valeur de la pipe dont on avait donné l'entière nomenclature (voir colonne Valeur dans la fiche technique ci dessous).

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Savinelli
Captain Warren
Italy
  Long : 15,0 cm
Haut : 6,0 cm
Ø int. foyer : 1,9 cm
Ø ext. foyer : 3,3 cm
 
18,20 €
47,00 €
(Estate)

<<Précédent
Partager cet article
Repost0
13 septembre 2006 3 13 /09 /septembre /2006 09:02
<<Précédent

Série : Pipes à insert

Tout au long de cette série consacrée aux pipes à insert on a vu qu'elles permettent de nouvelles formes (gamme Captain Warren) ou des essences de bois atypiques (travail de Tonni Nielsen). La pipe à insert libère la créativité de l'artisan. Mais cet espace de liberté-là n'est pas le terrain de jeu de tous.

Certains préfèrent remonter aux origines de ces pipes - la pipe Calabash - pour magnifier la forme initiale et investir tout leur savoir faire dans l'apparence du bois.

Le "Golden Contrast" est une technique de teinture que des pipiers comme Anne Julie ou Björn Bengtson ont inauguré pour donner au bois des allures de joyau. Mais personne mieux que Tom Eltang, leur élève, n'en possède la maîtrise aujourd'hui.

Golden contrast en gros plan

La pipe dans ce billet en est une petite illustration sachant qu'on peut trouver des modèles de ce pipier Danois plus représentatifs de cette technique de teinture du bois.

La finition "Golden contrast" est particulièrement difficile à réaliser parce qu'elle demande à la fois des connaissances de chimie, de nombreux ponçages, et un dosage pointu des produits, sans parler de temps, de patiente et d'expérience.

Grossièrement, de quoi s'agit-il ? Tout le monde sait que le bois est un matériau anisotrope et hétérogène. Au printemps l'arbre fabrique un bois poreux alors qu'en été il devient dense. Ces variations, les cernes et les veines perceptibles à l'oeil nu, réagiront différemment en fonction des produits utilisés pour modifier, accentuer, sublimer les contrastes.

Pour attaquer le bois sombre qui est dur et moins poreux on a recours à des tours de mains que les ébénistes connaissent bien. Dans un premier temps on procède au mordançage : on imprègne le bois avec une solution tannique, on applique ensuite une teinture foncée : à la faveur du mordant une réaction chimique se produit avec la cellulose et la teinture est fixée différemment selon la dureté du bois.

Facile à écrire, mais quelle teinture foncée ? Noire ? Avec quel solvant ? Dans quelles proportions ?

Après un ponçage, on attaque ensuite les zones claires et plus tendres avec d'autres produits bien sûr et d'autres techniques. On ponce à nouveau et on recommence le cycle jusqu'à obtention de l'effet voulu. Pouf pouf ...

Dilemme supplémentaire pour les pipiers : la teinture est d'autant plus délicate que les produits résiduels ne doivent en aucun cas être toxiques. Alors le bichromate de potassium ou le chlorure de cobalt ...molo molo.

On est loin du badigeonnage final d'une pipe d'usine.

Vue d'ensemble de la pipe Calabash de Tom Eltang

Détails : vue de dessous et vue de l'insert

Cue de dessus, avec et sans l'insert

Le bord de l'insert de cette pipe de Tom Eltang est en buis (bois clair) et la partie centrale qui reçoit le tabac est prise dans la souche de Bruyère. Il en va de même du corps dont la forme est proche de la fameuse courge / calebasse / calabash. La silhouette de cette pipe est très classique, très sobre, elle s'efface presque pour mettre la beauté des bois sur l'avant de la scène.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Eltang
(escargot)
05
  Long : 15,2 cm
Ø int. foyer : 1,9 cm
Poids : 68 g
 
1779,00 €
(Neuve)

<<Précédent
Partager cet article
Repost0
31 août 2006 4 31 /08 /août /2006 00:13
<<Précédent

Série : Pipes à insert

Les pipes à insert possèdent un avantage indéniable par rapport à tous les autres types de pipes : la tête de la pipe peut être conçue dans des essences de bois atypiques et cela offre un espace de liberté et de créativité supplémentaire à l'artisan pipier.

La caractéristique fondamentale des pipes à insert est la séparation entre le lieu de la combustion ( le foyer, l'insert), et le corps de la pipe qui n'est qu'une enveloppe. L'insert qui reçoit la charge de tabac doit être taillé dans un matériau très résistant à la température (l'écume de mer, la Bruyère, la terre cuite). Mais l'enveloppe n'étant soumise qu'à une température très raisonnable, elle peut alors être fabriquée pour ainsi dire avec n'importe quel bois dur et dense. Et cela ouvre des perspectives quasiment infinies pour l'artisan soucieux de montrer des textures, des grains, des motifs, des couleurs sans arrêt renouvelées.

C'est la démarche de Tonni Nielsen.

L'insert de cette pipe est en Bruyère, son corps est en Cornouiller. Différentes espèces de cette famille poussent en Europe (Cornus mas, Cornus sanguinea, Cornus Alba ...). Pour ma part j'ai une préférence marquée pour le Cornouiller Mâle (Cornus mas) : ses fleurs jaunes apparaissent dans nos bois début Mars, parfois sous la neige, avant ses feuilles. Spectacle superbe.

Mais Tonni Nielsen qui travaille dans le Kentucky utilise une espèce autochtone : Le Cornouiller à fleurs (Cornus Florida, Flowering Dogwood, Hartriegel) est très répandu dans l'Est et le Sud des USA. C'est un bois très dur, ce qui en faisait une essence recherchée pour la fabrication de navettes (de tisserand), de poulies ou de toupies, par exemple. Dés lors il n'est pas étonnant que Tonni Nielsen ait envisagé de l'utiliser. (1)

Cornus Florida (arbre, écorce, feuille)

 

De plus ce Cornouiller d'origine nord-américaine est un arbuste au bois très clair et à la texture singulièrement vivante. A ses qualités mécaniques s'ajoute donc sa beauté naturelle qui n'est pas sans me rappeler la ronce de Myrte (Myrtus communis) utilisée en marqueterie. Mêmes motifs, mêmes couleurs.

Le Myrte pousse dans le bassin méditerranéen (Sardaigne, Corse, Tunisie...) sur les mêmes terres que la Bruyère (Erica arborea). Sols arides, fortes chaleurs, croissance lente en font un bois dur et par conséquent un bon candidat pour des corps de pipes à insert.

Quel artisan pipier européen est-il prêt à tenter l'expérience ?

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Tonni Nielsen
Handcrafted in
Kentucky
  Long : 13,3 cm
Haut. foyer : 5,5 cm
Ø ext. foyer : 5,5 cm
Ø int. foyer : 2,0 cm
 
233,20 €
(Neuve)

<<Précédent

 

(1) Mes remerciements vont à Mark (alias Outinsun), qui a bien voulu me confirmer la nature du bois de cette pipe et m'autoriser à publier ses photos.

Autre pipe à insert de Tonni Nielsen sur ce site :
Le beau Viking


Partager cet article
Repost0
22 août 2006 2 22 /08 /août /2006 00:29
<<Précédent

Série : Pipes à insert

Cette pipe Captain Warren possède une forme plus ramassée que les autres de cette serie. Le fourneau est moins haut et le tuyau est plus court.

Captain Warren vue de 3/4

Il existe cependant une version de cette pipe avec un tuyau légèrement plus long (ci-dessous).

Captain Warren version longue

Captain Warren démontée

On distingue parfaitement bien dans la vue ci-dessus, à gauche, le perçage central de l'insert qui conduit dans le corps de la pipe.

Captain Warren vue de dessous

Parmi les Captain Warren qui sont mises en scène sur ce site, je ne cacherai pas ma preference pour la forme de celle-ci. La seule chose que je pourrais lui reprocher serait peut être la texture du bois qui n'a rien d'extraordinaire sur ce modèle. Mais si on regarde de près les autres pipes de cette famille on constate que c'est quasiment la règle. Cela explique le prix très raisonnable de ces pipes.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Ser Jacopo
Capt.Warren
Fatta a Mano
Per Aspera ad Astra
03
  Long : 13,5 cm
Haut : 5,0 cm
Ø int. foyer :
Poids :50 g
 
74,70 €
(Neuve)

<<Précédent
Partager cet article
Repost0

Articles Récents