Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2007 2 17 /04 /avril /2007 17:02

Cette semaine a encore été celle de tous les atermoiements pour ceux qui sont sensibles à la conservation du patrimoine scientifique : un squelette de mammouth à vendre aux enchères chez Christies à Paris !

Mais ce n'est pas tout : on proposait aussi un poisson-ange dont les paléontologues ne savent vraiment pas grand chose.

Des bagues d'ivoire de mammouth sur les pipes jusqu'aux ventes aux enchères de matériel scientifique, tout cela procède au fond de la même chose. 

Bon enfant, on laisse passer - pour ne pas dire encourager benoîtement - les bagues d'ivoire, et toc : on récolte la vente au plus offrant de ce poisson-ange : quelle banalisation ! Et quel amalgame aussi, puisqu'on compare les fossiles mis en vente à des "oeuvres d'art" . On croit rêver. Pour l''acheteur c'est merveilleux : il peut donc se dire en toute bonne conscience qu'il a acquis honnêtement une oeuvre plutôt que d'avoir volé un sujet d'etude.
A ce rythme là, à ce degré de perversité d'un système, les musées ne peuvent plus suivre, c'est sur.

Refuser l'ivoire de mammouth sur les pipes c'est se montrer solidaire de la lutte contre ces dérives, camarades !

Partager cet article
Repost0
29 mars 2007 4 29 /03 /mars /2007 23:26
Précédent

Série : Pipes à insert

Le passage de l'an 2000 a été l'occasion pour beaucoup de fabricants de pipe d'engager une opération marketing conduisant à éditer des séries limitées. Il s'agit des "Millenium pipes" qui avaient déjà pointé le bout de leur nez en 1998 et ont continué à voir le jour quelques temps après l'année fatidique 2000.

Peterson, Chacom, Ser Jacopo, pour ne citer que ceux-ci, en ont profité pour proposer des modèles quelque peu enrichis d'une bague en argent de ci, d'un numéro de série de là, et généralement lovés sur du satin ou du velours dans un riche coffret.

Le groupe anglais Cadogan contrôlant Comoy's, Dr Plumb, Orlik, GBD, BBB n'a pas échappé à la tentation et a chargé la marque Comoy's de cette célébration.

Comoy Millenium dans son coffret

Le choix du groupe s'est porté sur un pipe de forme Calabash on ne peut plus classique et dotée d'un insert en bois de Bruyère. Elle fait partie de ces pipes qui miment exactement la forme historique dont le corps était jadis réalisé dans une courge.

Vue gloabale de la pipe Comoy Millenium

On observera que les techniques mises en oeuvre sont largement empruntées aux pipes italiennes de ce type. Pour le joint, en particulier, on a évité le liège et préféré la matière synthétique. Il vient s'adapter dans une rainure pratiquée dans le haut du fourneau pour assurer une étanchéité parfaite. Ce détail montre qu'on a voulu apporter un soin tout particulier à cette pipe qui est d'ailleurs une des rares de la marque à ne pas porter le fameux "C" sur son tuyau.

Pipe Comoy vue de dessous et de dessus

La qualité du bois et la finition témoignent sans doute d'une pipe de "haut de gamme" au sens où l'entendent les pipiers industriels. Mais on aurait pu imaginer que pour un tel événement la marque britannique prenne le risque d'éditer un modèle dont le design soit plus osé, plus contemporain, plus innovant en somme. Pas de quoi fouetter un chat.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Comoy's Millennium   Long : 15,2 cm
Ø int. foyer : 2,1 cm
Ø ext. foyer : 5,8 cm
 
110 €
(Estate sans coffret)

Précédent
Partager cet article
Repost0
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 15:10

Voir aussi : Charlotte #1

Partager cet article
Repost0
25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 12:56
Partager cet article
Repost0
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 08:39
Précédent

Série : Pipes à insert

Ce modèle de pipe est tout à fait similaire à celui que j'ai présenté ici. Dans un but de complétude de la série je propose à votre observation cette variation-ci.

Captain Warren profil

Elle se distingue essentiellement de la première par la finition du bois qui est d'une teinture plus sombre. Il y a ensuite quelques points de détails qui méritent néanmoins d'être mentionnés. On remarquera en particulier que l'insert a été teinté sur toute sa surface alors qu'il a été laissé à sa couleur naturelle pour la pipe "Captain Warren #1". Cette même différence se retrouve sur la surface interne du corps. Toutes ces surfaces ne sont jamais en contact direct avec le tabac.

Captain Warren démontée

Je mentionne ce point car il est certains fabricants, comme Peterson par exemple, qui ont parfois la malheureuse tendance à immerger totalement les parties en bois de la pipe dans des bains de teinture.

Lorsqu'on fume la pipe la première fois, le produit installé sur la paroi intérieure du fourneau, est alors soumis à la température de combustion du tabac. Il va sans dire que dans ces conditions sévères il se décompose, forme des gaz qui se mélangent à la fumée et toute cette belle mixture gazeuse va chatouiller votre palais. Personne ne connaît vraiment les sous-produits de cette combustion et encore moins leurs effets sur vos papilles.

Cette pratique qui permet de réduire le temps de finition, est à mon avis une économie mesquine qui rend le culottage de la pipe pénible sans compter les effets possibles sur notre santé.

Notez au passage que l'acquisition d'une pipe d'occasion (estate) comme celle qui égaille ces colonnes, évite ce type de désagréments.

L'autre détail qui différencie cette pipe à insert de sa soeurette est le tuyau et sa jonction avec la tige. Pas de bague métallique cette fois-ci, mais en revanche son tuyau ouvragé contraste avec la simplicité de "Captain Warren #1".

Au total mes préférences vont finalement à cette dernière.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 

Ser Jacopo
CAP.WARREN
Fatta a Mano
Per Aspera ad Astra

  Long : 14,2 cm
Ø int. foyer : 2,0 cm
 
78,30 €
(Estate)

Précédent
Partager cet article
Repost0
4 mars 2007 7 04 /03 /mars /2007 10:25

Les jeunes pipiers se doivent d'être soutenus. Se lancer dans l'aventure de la réalisation de pipes aujourd'hui est une preuve de courage. Quand les décrets anti-tabac pleuvent, quand les médias sensibilisent le citoyen au point de déclencher la haine du fumeur, alors,  installer un atelier pour y réaliser l'objet du délit devient un acte de résistance.

Si, de plus, le jeune artisan est talentueux, il faut assurément qu'il ait sa place ici. Seulement voilà : David Enrique s'obstine à concevoir des pipes qui plaisent , qui sont dans l'air du temps et qui ne montrent pas de bizarreries, pas de malformation hilarante, pas de formes désuètes ou atypiques autant de choses qui font la joie de votre serviteur.

J'ai différé très longtemps le moment de lui consacrer quelques lignes en attendant une simple pipe Cavalier, une extravagance, une folie, ou même une pipe érotique : rien de tout cela. Uniquement des pipes harmonieuses, rien que de la précision dans l'exécution, du sérieux, du très professionnel.

Aujourd'hui je craque. Alors j'ai pris le prétexte d'un matériau peu commun qu'il a utilisé sur l'une de ses pipes pour parler enfin de lui.

Il faut avouer que faire coexister ainsi Palmier et Bruyère n'est pas chose commune. Et quel Palmier ! La photographie ci-contre, prise alors que la pipe n'était pas encore sablée, met en évidence la bague allonge conçue dans ce bois exotique à la texture pour le moins contrastée.

Le Palmier à sucre (Borassus flabellifer) dont il s'agit ici, est un végétal précieux non seulement par la beauté et la dureté de son bois mais aussi par sa générosité. Il joue au Sri Lanka un rôle similaire à l'Erable à sucre (Acer saccharum) canadien. Il suffit d'entailler son tronc pour recueillir le doux nectar.

Et puis il y a aussi ses propriétés médicinales : c'est un diurétique et un laxatif. Mais n'allez pas croire à quelques effets collatéraux lors du fumage de cette magnifique pipe Lovat car ce sont les feuilles de l'arbre qui sont utilisées dans la pharmacopée. Où irait-on si on ne pouvait fumer sa pipe qu'aux toilettes.

David Enrique nous fournit un bel exemple du dialogue subtil qui peut s'instaurer sur un pipe entre bois de différentes essences et cela me semble une approche bien plus raffinée que celle qui consiste à marier Bruyère et matières polymères ou, pire, associer la noble racine avec des matériaux précieux issus de trafics maffieux tel l'ivoire de Mammouth laineux (Mammuthus primigenius) (1).

On ne peut qu'espérer que cet élève de Marco Biagini continue cette démonstration convaincante en variant les essences de bois, en cherchant d'autres associations, et en multipliant les expériences. Attention : jeune maître en construction !

Partager cet article
Repost0
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 16:56
<<Précédent

Série : Pipes à insert

La série sur la pipe à insert n'aurait sans doute pas été complète si une pipe entièrement en écume de mer ne s'y trouvait pas représentée. Elles ne sont vraiment pas fréquentes.

On trouve couramment des pipes avec un insert en écume, mais les tailleurs d'écume semblent délaisser l'idée de réaliser des pipes de ce type entièrement faites dans cette matière fragile. Et cela se comprend.

La manipulation répétée de l'insert augmente les risques de casse. Même si le joint entre la partie amovible et la tête de la pipe est en liège, cela demande tout de même d'administrer chaque fois une pression, une contrainte sur les matériaux qui peut, si cela est fait trop hâtivement, provoquer un fêlure, ou ébrécher l'une des deux parties.

Mais la question de fond concernerait plutôt la pertinence de ce type de pipe en écume. L'insert vissé ou ajusté dans la tête d'une pipe est une disposition sensée donner une fumée plus sèche et fraîche. Mais ce sont déjà là des caractéristiques typiques de l'écume de mer. Alors pourquoi redoubler de précautions sur ce point alors que le matériau possède en soi toutes les qualités requises ?

Malheureusement je ne sais quasiment rien sur ce modèle. Ni la marque, ni la provenance de l'écume : la pipe ne porte aucune inscription. Ni la valeur : elle a été vendue dans un lot. Ni les dimensions que le vendeur n'a pas jugé utile d'indiquer. Je déroge donc à l'habitude du tableau qui se situe généralement à la fin de ces articles, pour me contenter de souligner, dans un souci de complétude, l'existence de pipes entièrement en écume de mer dans la famille des pipes à insert.

Fuir! là-bas fuir! Je sens que des oiseaux sont ivres
D'être parmi l'écume inconnue et les cieux!

Mallarmé

<<Précédent
Partager cet article
Repost0
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 21:05
<<Précédent

Série : Pipes à insert

La pipe qui fait l'objet de cet article partage avec celle-ci non seulement sa maison d'origine, Savinelli , mais aussi l'appellation "Captain Warren".

En poussant mes recherches un peu plus loin et après avoir déniché plusieurs pipes à insert fabriquées par Savinelli avec ce nom, j'aurais tendance à affirmer que "Captain Warren" serait une dénomination plutôt liée aux pipes à insert italiennes en général qu'à la marque Ser Jacopo  en particulier.

Mes lecteurs italiens, que je salue au passage, pourraient sans doute m'en dire plus en commentaire à ce billet (au pied de l'article)

Toujours est-il que celle-ci se défend assez bien pour une pipe industrielle en comparaison de cette autre forme Poker (1) sortie des ateliers Ser Jacopo et entièrement faite à la main. Elles partagent en particulier le même élargissement dans la base du foyer.

Et, pour tout vous avouer, j'ai une préférence marquée pour les formes bien équilibrées de cette Savinelli, malgré tous les risques inhérents à une pipe sortie d'usine. Perçages et ajustement floc/tenon sont bien plus précis quand la pipe sort de l'atelier de l'artisan que d'une chaîne de fabrication.

Les ressemblances entre les "Captain Warren" fabriquées chez Ser Jacopo et celles qui sont faites chez Savinelli soulignent, soit une influence réciproque et/ou une concertation, soit une "récupération" des idées de l'un des pipiers par l'autre.

Il y a plus qu'une nuance entre ces deux démarches.

Dans le premier cas il s'agirait d'une coopération entre un artisan bien établi et une entreprise de taille respectable. De telles associations sont courantes dans le cadre de sous-traitances. Mais un accord ou une réelle collaboration sur un pied d'égalité entre deux partenaires pipiers de nature très différente, aux conceptions parfois opposées, serait assez rare pour être signalée plus que cela.

J'ai du mal a imaginer qu'on puisse se trouver dans la second hypothèse. Emprunter (pour ne pas dire voler) à la fois les idées ET le nom relèverait de la provocation et aurait sans doute donné lieu à des poursuites. Or à ma connaissance il n'y a rien eut de tel.

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Capt Warren Savinelli   Ø int. foyer : 1,8 cm
Poids : 46 g
 
100,50 €
(Estate)

<<Précédent

Autre pipe Savinelli "Captain Warren" sur ce site
Mensonge par omission

Autres pipes Savinelli sur ce site
Lie de vin
Maltraitance
Punto Oro

(1) Les formes de pipes

Partager cet article
Repost0
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 01:10

France Le chapitre "Des pipes et des jambes " est dorénavant accessible ici. Mettez vos signets à jour !

United Kingdom The "Legs and pipes" chapter of this site has been moved here. Update your bookmarks !

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 01:09

Happy birthday

pipephil himself

Il y a un an, jour pour jour, j'écrivais le premier article dans ces colonnes. Je ne savais pas alors où cela allait me mener, et j'étais loin de penser que ce qui était au départ une nécessité professionnelle, allait devenir un gouffre de temps et d'énergie, générateur d'angoisse parfois, mais aussi et surtout la source de beaucoup de plaisir.

Que tous ceux qui m'ont conseillé, soutenu par leurs remarques toujours judicieuses, qui ont contribué activement aux ressources iconographiques ou qui ont même envoyé des pipes en chair et en os, soient chaleureusement remerciés aujourd'hui. Sans leur aide j'étais cuit.

Il fallait effectivement que j'expérimente moi-même le monde des blogs, que je découvre leurs limites à la fois techniques et communicationnelles pour pouvoir en rendre compte dans mes enseignements. Il fallait en cet hiver 2006 que je trouve un prétexte, un sujet, quelque chose de différent du sempiternel journal plus ou moins intime. J'ai une conception de la vie privée qui ne supporte pas l'exhibitionnisme ambiant sur la toile et, faut-il le préciser, surtout adolescent.

L'idée m'est venue un samedi matin en écoutant la radio, la vraie, celle du service publique. "La prochaine fois je vous le chanterai..." est une émission présentée par Philippe Meyer (sur France Inter, le dimanche matin à 10h depuis la rentrée 2006) et à l'époque ce garçon-là (un fumeur de pipe, bien sûr) avait le chic d'alterner des chansons à vous faire pleurer de rire ou d'émotion. Mélanges subtils, chansons originales, décalées, qu'on ne passe plus sur les ondes, souvent tellement kitch qu'elles en deviennent dignes d'intérêt. Philippe Meyer, "mammifère omnivore", montre le pire et le meilleurs à travers ce que chante le genre humain.

Je tenais là un fil que je pouvais tirer à ma manière, sans pouvoir me prévaloir, bien sûr, du fabuleux talent de ce chroniqueur de France Inter. Montrer des pipes oubliées, mal-aimées, occultées par l'esthétique dominante, bref, pointer des coqueluches de jadis devenues les nanars d'aujourd'hui, c'était jouable. Les moches à faire pipi dans sa culotte, les vieilles qui s'habillent comme avant guerre, les ratées qu'on veut fourguer malgré tout, les vraies fausses inventions, les belles ringardes, ce serait cela mon truc dans ce blog. Les pipes ou autre chose, peu importe, ce qui me passionne vraiment, c'est l'incessante application à inventer tout azimut que déploient nos semblables.

De là à choisir le thème des pipes gainées de cuir, il n'y avait qu'un pas. Ce premier pas fut suivi de bien d'autres en fouillant sur eBay qui s'est avéré à ce titre une source inépuisable pour les trouvailles les plus insolites. eBay USA en particulier.

Parfois même, nul besoin de fouiller, le naturel prendra le dessus : les pipes érotiques ont toujours eu un grand succès ! Grand piège aussi, que j'essaye d'éviter tant bien que mal.

Parfois même, je ne pourrai m'empêcher de choisir une superbe Tonni Nielsen, une Joao Reis, une Moretti tout simplement parce qu'elles cadreront avec le thème choisi.

Parfois même, il y aura des coups de gueule à propos de pipes somptueuses mais qui donnent lieu à des trafics ou des pratiques malheureuses : cf. les bagues allonge en Mammouth !

En septembre 2006, il m'avait semblé que, parallèlement à une parution d'articles, le temps était venu d'offrir aussi un service. Une recension des logos gravés sur les tuyaux des pipes était une idée qui m'est venue en considérant le peu de choses existantes sur cette thématique. Ajoutez à cela une solide connaissance de Photoshop, la sortie d'une version anglaise de l'ouvrage incontournable de José Manuel Lopes, et les conditions étaient réunies pour aborder ce que je croyais alors pouvoir être torché en un bon mois. Actuellement je n'en vois pas le bout, et ce, malgré l'aide énorme et bienveillante de JiP et tous les autres contributeurs du nouveau et de l'ancien monde. Par ce travail, je touche aussi aux limites inhérentes aux blogs et je ressens la difficulté de ce projet sur un support qui n'est pas particulièrement congruent à cet exercice.

Mes articles étaient relayés très tôt par le forum "Fumeurs de pipes" grâce à Guillaume. Nicolas, modérateur du forum "Pipes & Tabacs" en fit de même très peu de temps après : cela donne de l'audimat et c'est loin d'être désagréable, croyez-moi. Je leur dois mes lecteurs francophones européens.

Un message de Rafa Martin sur les forums hispaniques a fait exploser mes lecteurs de langue espagnole. Les Italiens sont venus tout seul, comme des grands. Les Allemands sont remarquables par la constance de leur fréquentation alors que les Polonais fonctionnent par flammes. Les très rares visiteurs d'Afrique me provoquent toujours beaucoup d'émotion. Enfin, je ne cacherais pas ma déception quant au peu de succès de mes divagations auprès du public US. Plus de 250 millions de personnes sous la bannière étoilée et seulement 12% des visiteurs du blog ... Mais on en connaît les raisons.

Avec une année de recul je trouve ma prose assez inégale et me rend compte que pour faire un article original ou drôle, il me faut du temps, beaucoup de temps. Ecrire un article de qualité par jour est difficilement compatible avec une activité professionnelle, une vie privée, des loisirs sportifs, autant de choses primordiales. A l'avenir je vais sûrement être moins exigeant pour moi-même et réduirai quelque peu ce rythme infernal.

Et pourtant l'envie d'aborder de nouveaux thèmes ne manque pas : têtes de mort, tuyaux biscornus, pipes à radiateur .... Stoooooop !

Partager cet article
Repost0

Articles Récents