Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 20:08
  Index "Cavalier"

On l'a utilisé pour des conduites d'eau, la fabrication de flûtes, d'arcs, de canes à pêche, de la pâte à papier, il entre dans la composition de certains textiles, on en consomme les pousses...

J'ai nommé le Bambou (Bambusa glaucescens, Bambusa vulgaris).

Il est un fidèle compagnon de la Bruyère et on l'emploie généralement pour prolonger les tiges de pipe.

 Cependant dans l'affaire qui fait le sujet de cet article, la Bruyère brille particulièrement par son absence. Notre pipe est tout en Bambou, à l'exception, bien sûr du tuyau qui reste en ébonite.

Rappelons que le Bambou n'est pas un arbre mais une graminée comme le blé par exemple. Les propriétés mécaniques de sa tige en font un matériau utilisé chaque fois qu'une grande résistance à la pression verticale est nécessaire. Sur ce dernier point il est bien supérieur à l'acier : sa résistance est de l'ordre de 1 tonne/cm2 et c'est pourquoi il peut avantageusement remplacer le métal dans le béton armé ou servir pour des échafaudages.

Mais qu'en est-il de sa résistance aux hautes températures ?

La chaume de Bambou partage une propriété avec la Bruyère : tous deux possèdent une forte teneur en silice et cela est un signe d'inertie face à la combustion. Bien que la Bruyère montre dans ce domaine des qualités inégalées, le Bambou n'a pas à rougir de sa capacité à résister à la chaleur et se trouve sans doute en meilleure position de ce point de vue que l'épi de maïs. On utilise généralement sa racine - qui est plus précisément un rhizome - dans le cadre de la fabrication des pipes.

Dés lors on peut donc imaginer avoir recours à cette plante aux milles avantages pour un fourneau de pipe et si on prend la peine de sélectionner une bonne variété de Bambou, le résultat devrait être probant.

Toujours est-il que la maison Courrieu a fait cette démarche, sans doute à titre expérimental. Elle a choisi la forme Cavalier avec le dispositif "bitoniot" (en Bambou également) déjà évoqué pour les pipes Wallenstein. C'est qu'il faut trouver des agencements simples entre tige et foyer car le Bambou possède un net désavantage par rapport à la Bruyère : il ne se façonne pas dans sa masse.

On ne peut pas avoir que des qualités...

Nomenclature   Dimensions  
Valeur
       
 
Courrieu à Cogolin
  Long : 15,0 cm

 
30 €
(Estate)

Voir aussi :
Wallenstein
Bitoniot
Autres pipes Courrieu sur ce site :
Le coq est mort

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents