Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

29 juin 2006 4 29 /06 /juin /2006 20:22

Cette pipe n'a pas été maltraitée, elle a bel et bien été assassinée. Le meurtrier a fait preuve d'une violence rare.

L'enquête s'orienterait suivant deux directions : selon les propos que nous avons recueillis hier soir, peu après la découverte des restes de la malheureuse, l'hypothèse d'un acte perpétré par un déséquilibré mental est très probable. Mais les services de police n'excluent pas l'attentat d'un groupe terroriste.

Il pourrait s'agir d'un psychopathe qui ne s'attaquerait pas à n'importe quelle pipe. Un autre cas similaire est en cours d'instruction. Au delà du geste iconoclaste, il semblerait que l'assassin aurait voulu laisser un message fort par le choix de sa victime. Sa haine se serait exercée avec acharnement sur le symbole de la pipe de qualité, sur le mythe de la pipe, j'ai nommé Dunhill , la très britannique marque au point blanc.

Plus qu'une provocation, il s'agit réellement d'une profanation.

Le fait que l'individu ou le groupe ait dirigé son action contre une marque de pipe à la fois symbolique et aristocratique, doit aussi faire prendre en considération un mobile éventuellement politique. Ce matin une perquisition a été diligentée dans les locaux du FLAT (Front de Lutte Anti-Tabac). Le groupe, fort d'appuis en haut lieu, a signifié il y a deux semaines son intention d'entrer dans une phase active de ses revendications.

Dans la chasse aux sorcières que mène actuellement le législateur contre les fumeurs, il est regrettable de voir les fumeurs de pipe faire les frais de tels actes inqualifiables alors que leur pratique n'a que très peu à voir avec celle des fumeurs de cigarettes.

Les responsables politiques devraient revenir à la sagesse populaire : "Qui sème le vent récolte la tempête".

Il y a, à l'évidence, préméditation. L'acte a demandé une mise en scène sophistiquée. Pour brûler ainsi une pipe en racine de Bruyère, il faut des températures extraordinaires qui ne peuvent pas être atteintes par la combustion d'un tabac même bien sec.

On soupçonne le malade ou le terroriste d'avoir bourré cette Dunhill avec un combustible qui dégage énormément de chaleur en très peu de temps. Les résultats de l'analyse chimique en cours devrait donner d'ici peu plus d'informations sur ce point.

Les craquelures horizontales (voir photo) montrent que le fourneau a été soumis à une différence importante de température entre sa partie haute et sa partie basse. Par ailleurs, il y a cinq fissures verticales à peu près distribuées également sur le pourtour du fourneau. Le combustible a donc été allumé de façon homogène et avec soin sur toute sa surface. (Un ancien fumeur de pipe ?)

Notez bien que c'est le haut du fourneau qui est atteint majoritairement. Cela indique que tout s'est passé immédiatement après l'allumage et conforte la thèse selon laquelle le combustible est non conventionnel.

En revanche les conjectures mettant en avant le recours à une source de chaleur externe pour tuer cette pipe, semblent peu crédibles. Un tel procédé aurait également atteint le tuyau, ce qui n'est pas le cas.

L'affaire suit son cours.

Partager cet article

Repost 0
Published by pipephil - dans Autres pipes
commenter cet article

commentaires

PLC 30/06/2006 07:10

C'est révoltant! C'est une vengeance, c'est certain.
On a mis du chlorate de sodium dans le tabac.
Tu l'as trouvée sur ebay?
Amitiés
Pierre

pipephil 30/06/2006 10:02

ah ah ! le chlorate de soude.
PLC fabriquait des fusées  quand il était en culotte courtes !
je vois, je vois.

Laurence 29/06/2006 23:38

Bonjour,
Votre blog est indiqué sur mon site

http://otol.free.fr ou http://lotoparis.skyblog.com

Amicalement

pipephil 30/06/2006 10:05

Sympa ! merci
:-)

Articles Récents