Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mai 2006 7 28 /05 /mai /2006 14:40
Il reste encore des amateurs de pipes gainées de cuir. Didier Cottin partage avec votre serviteur cette marotte et c'est fort aimablement qu'il m'a proposé de m'envoyer des photographies de sa collection personnelle.   Index des pipes vêtues de cuir

Parmi celles-ci figurent deux pipes de la firme française Courrieu .

Cette marque, bien reconnaissable à son coq gravé sur le tuyau de pipe, est l'une des plus ancienne en France. Son berceau est à Cogolin (Var) dans le voisinage immédiat du massif des Maures. Autrement dit, il n'y avait qu'à faire un saut de puce pour trouver le broussin (Racine de Bruyère) et d'autres marques comme Roux ont également tiré profit jadis de cette proximité avec la matière première.

Certes, les ateliers Courrieu se trouvent toujours dans la même bourgade provençale, mais la divine racine qu'ils utilisent aujourd'hui a poussé sous d'autres cieux. Et puis, ce n'est un secret pour personne, beaucoup de pipes de cette marque sont ébauchées à Saint Claude et seule la finition se fait à Cogolin.

Si vous avez eu la curiosité de visiter le site de la marque vous aurez vite fait d'apercevoir une des raison de la perte de vitesse de Courrieu sur le marché des pipes : la communication de cette entreprise est proprement désastreuse.

Sans parler de la conception du site lui même, sa mise en page vieillotte, sans mentionner les nombreuses images minuscules, floues et illisibles qu'on y trouve, les Mickey qui tournent dans tous les coins, je donnerai juste un exemple : j'aurais voulu vous montrer ce coq mythique qui fait l'emblème merveilleux de la firme. Rien de présentable sur le site même de la marque !

Disons-le tout net : l'encadrement (familial ?) de cette entreprise n'a pas su prendre le tournant du 21ième siècle et ce que vous découvrez est une boite agonisante. (Requiem pour Courrieu ici)

Gallus meus mortuus est

Le coq est mort, le coq est mort, (bis).
Il ne dira plus cocodi, cocoda, (bis)
cococcodi cocodi cocoda.

Quoiqu'il en soit de la décadence de la pipe "made in France", je suis néanmoins heureux de pouvoir citer cette marque incontournable qui a tenté, du temps où elle bougeait encore un peu, l'aventure des pipes gainées de cuir.

Images publiées avec l'aimable autorisation de Monsieur Didier Cottin. Qu'il en soit remercié.
Si vous aussi, vous connaissez des marques de pipes gainées de cuir non repertoriées ici, vous pouvez contribuer à ce recensement en laissant un commentaire à cet article, ci-dessous.
Partager cet article
Repost0

commentaires

P
Sur le Forum PIPES et TABACS : (copie du post)<br /> nom : PLC<br /> Date : Lun 29 mai 2006 07:02 <br /> Bonjour, article qui a détruit mes illusions. <br /> En lisant votre blog, j'ai fait un tour à la foire de Paris, au stand <br /> de G. Lacroix. <br /> Il y avait aussi un stand Courrieu pas loin. J'ai pensé que c'était <br /> l'occasion <br /> de m'en acheter une. Je trouve une bulldog sympa. <br /> Ma question: "et la bruyère vient des environs de Cogolin?" <br /> La réponse:"oui, et c'est ce qui donne cette saveur si particulière <br /> à nos pipes". <br /> Je suis déçu. <br /> Amicalement <br /> Pierre <br /> <br />
Répondre
P
ma réponse sur le forum PIPES et TABACS<br /> Dans l'article, la phrase qui traite de l'origine des broussins "mais la divine racine qu'ils utilisent aujourd'hui a poussé sous d'autres cieux" est peut être un peu carrée. "....a poussé majoritairement..." aurait été plus prudent. Il y a dans la production de Courrieu surement quelques pieces d'origine locale qui leur permettent d'argumenter sur le massif des Maures. C'est un peu comme dans l'industrie agro-alimentaire. "à la fraise" signifie qu'il ya au moins un pourcentage donné de vraies fraises. <br /> Mais comment savoir que la pipe qui est devant vous est faites dans une racine otoctone ? pas de label, pas de transparence. Là encore : la com ! bien a vous pipephil

Articles RÉCents