Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2006 4 04 /05 /mai /2006 00:39
  Index "Cavalier"

Quand on achète une pipe sur photos, il existe toujours une appréhension. Il peut y avoir un détail fâcheux que les prises de vue, aussi nombreuses soient-elles, ne montrent pas.

La petite étude ci-dessous se veut de convaincre qu'avec un peu de logique on arrive à déduire des caractéristiques anatomiques cachées d'une pipe.

Le perçage entre le fourneau et la tige d'une pipe cavalier ne peut jamais être explicite sur des photos, surtout lorsque tige et fourneau sont travaillés dans une seule pièce de racine de Bruyère comme c'est le cas ici.

 

Pour les besoins de la cause on a choisi une pipe "Cavalier" qui montre quelques signes de faiblesse esthétique. Rustiquage à la va-comme-je-te-pousse, usures et taches (mastiquages ?) sont patents.

Mais elle possède un trait qui n'est pas inintéressant : l'axe "a" du fourneau ( fig. 1) est quasiment parallèle à l'axe de la tige de la pipe. L'acheteur à distance peut donc légitimement s'interroger sur le perçage entre ces deux éléments.

Nous allons passer en revue trois possibilités.

L'hypothèse selon laquelle la communication se fait par le plus court chemin (fig 1) semble irréaliste parce qu'il n'y aurait aucun accès possible à un foret (ou mèche) pour percer à un tel angle, à moins de transpercer sauvagement le tuyau au point "P". Ne riez pas. Je vous montre ici que cela existe.

   

La seconde manière de concevoir le perçage correspond à une entrée du foret par le fourneau comme le montre la figure 2. L'énorme inconvénient de cette méthode réside dans l'épaisseur "e" du bois rémanent. Le fond du foyer doit se trouver environ au niveau du trou sous peine de ne pouvoir fumer une partie du tabac. La partie basse de la charge de tabac retient une quantité appréciable de goudrons durant la combustion. Ce tabac ne pourrais plus jouer son rôle s'il se trouvait sous le niveau du perçage et que la fumée n'y transitait plus . Et puis, bien sûr, il y a le poids de la pipe qui se trouverait largement augmenté dans ce cas.

Avec la configuration du foyer et de la tige de notre pipe, le seul perçage à peu près plausible est celui qui est montré dans la figure 3. Le foret passe alors par le haut de la tige, là où s'insère le floc et il descend en biais dans le fond du foyer. Il faut bien calculer son coup pour arriver exactement en bas et au milieu. L'artisan se trouve face au même problème que pour une forme "Bent" ou "Oom Paul". Malheureusement cette solution rapproche le lieu de la combustion de la bouche du fumeur et on y perd un des grands avantages des pipes de forme Cavalier : fumée fraiche et pipe sèche.

En conclusion, ce parallélisme entre axe du fourneau et axe de la tige se paye cher pour une pipe Cavalier en bruyère d'un seul tenant.

Autres exemples de pipes cavalier à fourneau et tige d'un seul tenant mais percées selon la méthode 2:
Un gros calibre
Aux carrières d'écume
Algérie

L'icône en début d'article donne accès à l'Index de toutes les pipes Cavalier parues dans ce site.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Bonjour,
Il s'agit en effet d'un perçage incliné du foyer vers le point de décantation favorisant l'élimination des goudrons, à la différence de la figure 2 où le perçage s'effectue du foyer vers le tuyau
il s'effectue ici du point de décantation vers le foyer comme dans un perçage traditionnel de foyer l'excentration du perçage est masqué.
Je vous ai contacté par mail pour d'autres commentaires liés à votre excellent travail sur ce domaine qui me passionne.
N.B. : je viens de me porter acquéreur d'une pipe cigare "Atlantide" que je n'ai pas encore reçue . . . elle possède 1 ou 2 évents et semble dans un bel état.


Répondre
P

La pipe ATLANTIDE a fait l'objet de plusieurs articles ici. Pour votre information:
les pipes - cigare ne sont pas faciles à fumer.... pas du tout faciles !


M

Bonjour,
Tout d'abord, toutes mes félicitation pour le travail complet et rigoureux que vous avez fourni.
En ce qui concerne les cavalier, il existe une 4ième voie, toute aussi intéressante et voire même plus pratique que celle énoncée à la figure 3 : le perçage oblique depuis le tuyau de décantation,
bouchon déposé, vers le foyer.
Modeste amateur par rapport à vous je pense disposer de quelques photos de pièces qui pourraient vous intéresser . . .


Répondre
P

Bonjour MPM
Si je vous ai bien compris il s'agirait d'un perçage qui serait équivalent à celui montré dans la figure 2 et que j'ai écarté peut être un peu rapidement. Toujours est-il que l'information que vous
publiez dans votre commentaire m'interesse au plus haut point. Je vous serais reconnaissant de me contacter par un courriel de manière à pouvoir échanger plus avant. Cliquer sur "Contact" tout en
bas de cette page.


P
Bonjour! La première solution a le mérite du bon sens. Bon, on a un trou à mastiquer et à camoufler, mais il suffit de recouvrir de cuir.
J'attends avec impatience la cavalier gainée de cuir!
Amicalement Pierre
Répondre
P
A mastiquer et a camoufler ? En êtes vous sûr ?  :-)
La cavalier gainée de cuir .... comme vous êtes exigeant ! Cela doit être plus compliqué du point de vue du travail du gainetier.
J'offre une pipe à celui (celle) qui m'en trouvera des photographies présentables.

Articles Récents